COMMUNIQUES DES EVEQUES

Cette page sera mise à jour à chaque fois que des éléments complémentaires seront disponibles

 

Message de Mgr Jean-Luc Hudsyn

Pour préparer la reprise des célébrations eucharistiques

(le dimanche et en semaine)

Le 25 mai 2020

 

Aux prêtres, diacres et animateurs pastoraux

Chers amis,

Nous ne savons pas vous dire à cette heure ce qu’il en sera exactement de la date autorisant la reprise des célébrations eucharistiques dominicales et de semaine.  Les responsables des cultes ont demandé que ce soit le week-end de Pentecôte.  Il faut pouvoir accepter que cela soit peut-être plus tard.  Il n’empêche que nos protocoles et règles internes sont à l’étude. Il n’est pas exclu qu’un accord puisse être obtenu sans tarder.  De toute façon, il faut tous nous préparer à cette reprise qui demandera une organisation minutieuse. Voici quelques premières consignes que je vous demande de lire et de mettre en œuvre.

Il ne s’agit pas encore des règles officielles qui vous parviendront, bien sûr, dès que l’accord et le feu vert seront obtenus.  Mais les consignes générales qui suivent vont dans le sens de ce qui a été envisagé, y compris avec certains experts.  Elles vous permettront de ne pas être pris au dépourvu si cet accord que nous attendons tous devait arriver un peu en dernière minute.

Consignes générales pour préparer la reprise des eucharisties dominicales et de semaine – la plupart seront aussi valables pour les funérailles et les mariages qu’on pourra refaire avec eucharistie dès cet accord donné pour la reprise des « célébrations publiques ».

 

Préalables :

1.      La visée de toutes les décisions est la sécurité et la non-contamination par le virus de tous ceux qui se rendent à l’église et de tout faire pour qu’ils soient non contaminants pour ceux qu’ils rencontreront

2.      Le responsable ou le coordinateur d’UP prévoit très rapidement une réunion des permanents nommés au sein des Unités pastorales (prêtres, diacres, AP, coordinateur) là où les UP sont en place ; là où il n’y a pas encore d’UP, chaque curé réunit l’équipe pastorale de sa ou de ses paroisses. Objectifs de cette réunion : examiner tout ce qui suit, discuter des applications concrètes des présentes consignes et prendre les décisions qui s’imposent. L’option prise par les évêques c’est que ce sont les équipes locales qui sont le mieux à même de prendre les bonnes décisions.

3.      Seront concertés et informés les membres des Conseils d’UP ainsi que les fabriques d’église. Les évêques ont tenu à préciser que les frais d’aménagement, entre autres au sujet de l’achat des produits nécessaires, relèvent de la responsabilité des fabriques.

4.      En cas de doute ou de difficulté d’interprétation, on passe d’abord par les doyens.

5.      On ne reprendra pas les messes dans les lieux où ces consignes ne peuvent pas être mises en œuvre.

 

Consignes générales :

1.      Peut-être s’avérera-t-il nécessaire de procéder à un grand nettoyage de l’église.

2.      Prévoir rapidement la quantité nécessaire de gel hydroalcoolique : une désinfection des mains sera obligatoire à l’entrée pour chaque participant – ainsi que pour le célébrant ou toute personne apportant quelque chose à l’autel en cours d’eucharistie. Prévoir un ou plusieurs points où quelqu’un verse du gel sur les mains des entrants (et non pas déposer sur une table une bouteille à laquelle chacun se sert…)

3.      Aménager l’intérieur de l’église de telle sorte que les participants soient clairement à 1m50 de distance les uns des autres et dans tous les sens. Seuls les petits enfants vivant dans le même espace familial pourront être près de leurs parents (prévoir des chaises qu’on peut approcher uniquement dans ce cas, en veillant à ce que les autres participants restent à 1m50 de ce groupe). Voir comment faire si l’église dispose de bancs et non de chaises afin que les personnes ne passent pas l’une devant ou derrière l’autre pour rejoindre leur place.

4.      Il est prévu qu’on ne puisse accueillir qu’un maximum de 100 personnes par messe. Mais avec les distances imposées, toutes les églises ne pourront pas accueillir un tel nombre de participants. Il faudra voir, dans certaines paroisses, si des messes ne devront pas être réparties dans plusieurs lieux de culte ou s’il ne faudra pas multiplier les heures de messe (en prévoyant dans les deux cas une possibilité d’inscription). On voit de toute façon, que ce n’est pas encore le moment de faire de ces premières messes post-confinement des moments de grandes retrouvailles de toute la communauté !

5.      Mettre des repères de distance (1m50) dans l’allée centrale pour le moment de la communion.

6.      Retirer les livres, les livrets, les prospectus se trouvant actuellement dans l’église – on pourra tout au plus emporter un feuillet déjà disposé à la place de chacun et qui sera non réutilisable par d’autres aux messes suivantes.

7.      Vider les bénitiers.

8.      Les installations sanitaires ne pourront être utilisées que si quelqu’un est chargé d’en assurer la désinfection systématique après chaque usage.

9.      Examiner minutieusement où et comment les gens peuvent entrer dans l’église (l’accès comme la sortie ne se font que par une seule porte) ; comment ils peuvent se rendre à leur chaise sans ‘embouteillage’ ; comment se déroulera la circulation en vue de recevoir la communion (voir plus bas) ; comment organiser la sortie pour qu’on y garde les mesures de distanciement alors même que c’est un moment spontanément convivial. Penser à d’éventuels ‘panneaux de signalisation’, flèches, autocollants ; à la délimitation des allées… tout en prenant soin d’une certaine esthétique…

10.    Réfléchir à la gestion éventuelle d’une chorale (pas trop nombreuse) : les personnes qui chantent doivent respecter une distance plus importante qu’entre les participants (3 mètres entre eux minimum – certains disent : beaucoup plus encore) – idem pour la distance entre le chantre et les participants de la première rangée.

11.    Le lectionnaire et l’ambon (et le micro) ne peuvent être touchés. S’il y a plusieurs lecteurs, prévoir que chacun apporte à l’ambon le texte de la lecture qu’il doit faire.

12.    Désigner un responsable qui va gérer toutes les mesures et à chaque messe dominicale une équipe d’accueil repérable et vigilante.

 

Consignes pour la célébration elle-même :

1.      La question du port du masque par les participants n’est pas encore définie mais sûrement souhaitable, voire sans doute obligatoire. Le prêtre qui préside ne doit pas le porter.

2.      On ne serre pas les mains, ni ne se donne les mains au Notre Père.

3.      Un même objet n’est touché que par une personne (calice, patène, burettes, lectionnaire, évangéliaire…).

4.      La collecte se fera en déposant son obole en fin de messe dans une boîte qui accueillera ces dons au fond de l’église (à mentionner donc en fin de messe).

5.      Pour la communion :

* le prêtre et les éventuels ministres de la communion se désinfectent les mains avant et après avoir donné la communion

* le prêtre qui préside est le seul à communier au calice

* le prêtre dira à tous, depuis l’autel et une seule fois : « Le Corps du Christ » et reste en silence lorsqu’il donne l’hostie consacrée – on réduit au minimum le nombre de ministres de la communion (ils ne disent pas non plus : « Le Corps du Christ »)

on ne communie que dans la main et en évitant de toucher la main de ceux qui viennent communier

* on ne fait pas de bénédiction sur le front des enfants ou des catéchumènes qui se présenteront devant les prêtres et les diacres qui leur feront le geste de la bénédiction, à distance

6.      Le pasteur saluera bien sûr les participants en fin de messe, avec le sourire mais… à distance ! En évitant des apartés qui empêcheraient la fluidité de la sortie de tous. Il n’y aura donc pas – hélas !!! – de moment de convivialité organisé dans le fond de l’église… ni à l’extérieur.

Que ces célébrations eucharistiques puissent reprendre le plus rapidement possible, c’est bien évidemment notre désir à tous. Quitte à devoir encore attendre… Tout comme une grande amoureuse de l’eucharistie qui a connu cela elle aussi, en quarantaine dans l’infirmerie d’un carmel pour soigner ses sœurs en période d’épidémie et ne pouvant recevoir la communion. Elle s’appelait… Sr Thérèse de l’Enfant-Jésus. Ce qui lui a fait dire : « Sans doute c’est une grande grâce de recevoir les Sacrements, mais quand le bon Dieu ne le permet pas, c’est bien quand même : tout est grâce ! » (CJ, 5.6.4).

Dans l’attente de l’Esprit-saint, avec vous tous : rien ne peut le confiner pour qui le désire.

Wavre, le 25 mai 2020

+ Jean-Luc Hudsyn

Premières instructions pour déconfinement

Veuillez trouver ci-joint les premières instructions générales pour la préparation à la reprise du culte public dans nos églises.

 

Elles sont communiquées par le Secrétariat de l'évêque auxiliaire.

Lettre de l’Évêché aux Prêtres, aux Chrétiens et aux communautés du Vicariat

Voir Annexe Nomination_archevêché20200513

 

 

Le 14 mai 2020

Message des Évêques de Belgique

Les cultes travaillent au déroulement des célébrations « déconfinées »

Le protocole préparé par les évêques de Belgique est prêt

Les cultes reconnus de notre pays se préparent à une reprise des célébrations dans les églises, les temples, les mosquées et les synagogues. À la demande du Gouvernement fédéral, ils élaborent actuellement un protocole reprenant en détail la manière dont les célébrations pourront se dérouler ainsi que les mesures de protection à appliquer pour prévenir autant que possible une infection par le coronavirus.

Aujourd’hui, les Evêques de Belgique ont achevé la préparation du protocole des catholiques. Ce dernier a été rédigé en collaboration avec des experts virologues et sera soumis au Conseil national de Sécurité pour avis et approbation.

De multiples demandes parviennent aux Evêques demandant la reprise des célébrations publiques. Ils s’en sont fait les interprètes auprès des autorités civiles et des experts qui conseillent le Gouvernement. Tous sont conscients de la priorité absolue que constituent la santé et la sécurité de ceux qui entrent dans une église.

Les Evêques sont heureux d’apprendre que le nombre de personnes présentes lors de funérailles ou d’un mariage pourra être porté à 30, dès ce 18 mai 2020.

Pour la Région Wallonne, les Gouverneurs de Province étudient la possibilité de permettre à nouveau la célébration des funérailles, sans eucharistie, dans l’église.

En ce qui concerne les baptêmes, les Evêques préfèrent aligner la date de leur reprise sur celle des célébrations eucharistiques dont ils espèrent le redémarrage le plus rapide possible.

 

 Les Evêques de Belgique

 

 

Le 5 mai 2020

Les chefs des cultes reconnus en Belgique ont été reçus par le Ministre de la Justice Koen Geens.  Mgr Guy Harpigny, Évêque de Tournai, et Mgr Johan Bonny, Évêque d’Anvers, y ont représenté le culte catholique.  La réunion s’est déroulée dans un excellent esprit de travail et en bonne concertation avec l’ensemble des chefs de culte.

Le Ministre de la Justice a exprimé sa reconnaissance aux représentants sur la manière dont ont été appliquées les règles édictées par le Conseil national de Sécurité du Gouvernement Fédéral.

La reprise progressive des cultes publics est examinée avec le Conseil national de Sécurité, en prévoyant toutes les règles de sécurité sanitaires.

Un message commun sera adressé par les responsables des cultes dès qu’un accord sera conclu, et ce en fonction du déconfinement progressif en cours.

Il est rappelé que les églises restent normalement ouvertes pour la prière personnelle, dans le respect des distanciations sanitaires et que les célébrations enregistrées peuvent se dérouler avec un maximum de 10 personnes présentes en ce compris celles qui procèdent à l’enregistrement.

Les Évêques ont toute confiance dans le travail constructif en cours et plaident pour la reprise la plus rapide des célébrations publiques.


Les Évêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, le mardi 5 mai 2020

 

 

28 avril 2020 

 

Les évêques de Belgique se sont réunis en vidéoconférence dans le but d’organiser progressivement la reprise de célébrations liturgiques publiques.

Leur désir est grand de reprendre ces célébrations en concertation avec les responsables de tous les cultes reconnus en Belgique, ainsi qu’avec le Gouvernement fédéral et les entités fédérées.  Les évêques sont particulièrement sensibles au désir souvent exprimé de pouvoir participer à nouveau « en présentiel » à des célébrations.  En tout état de cause, les normes de protection sanitaire devront être respectées, il y va de la santé et de la responsabilité de tous. 

Des contacts sont en cours avec les différents Gouvernements du pays.  Les évêques demandent que le phasage de reprise des célébrations soit intégré dans les grandes lignes définies par le Conseil national de Sécurité et les Gouvernements en date du 24 avril dernier.

 

Les évêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, mardi 28 avril 2020

 

 

27 avril 2020

« Je te protège, tu me protèges »

L’Église catholique soutient  #ActionNationaledeCouture

Maintenant que nous nous avançons tout doucement vers la sortie du confinement imposé par la pandémie de coronavirus, le port de masques buccaux dans l’espace public devient essentiel.

Aujourd’hui, lundi 27 avril, débute l’#ActionNationaledeCouture qui doit mobiliser toute la Belgique pour fabriquer ses propres masques buccaux.  Plusieurs initiatives citoyennes unissent leurs forces.  L’initiative est coordonnée avec le SPF Santé publique.  L’action vise la confection en une semaine et par le plus grand nombre de bénévoles, d’au moins 100 000 masques buccaux de sécurité selon les modèles proposés sur www.faitesvotremasquebuccal.be.  Les masques seront ensuite distribués gratuitement.

Les églises et les salles paroissiales comme points de collecte.

Les Évêques belges soutiennent chaudement cette initiative bénévole.  Ils proposent là où c’est possible et après accord des autorités locales, de mettre à disposition les églises ou les salles paroissiales comme points de collecte de ces masques buccaux.

Ceux qui souhaitent participer peuvent en informer l’organisation en remplissant le formulaire.  On y trouve l’encadrement nécessaire.

Les responsables pastoraux peuvent remettre les masques collectés au Gouvernement pour distribution ultérieure, ou s’occuper eux-mêmes de la distribution.  Tout cela, bien sûr, toujours dans le respect des règles de sécurité dans le cadre de la protection contre le coronavirus.

Rendez-vous ici où vous trouverez toutes les autres informations pratiques.

Dans une interview à l’occasion de la crise du coronavirus, le Pape François a souligné le 8 mars dernier que notre trésor réside dans les petites choses : "Les petits gestes de tendresse, d’affection et de compassion risquent de se perdre dans l’anonymat de la vie quotidienne, alors qu’ils sont cruciaux et essentiels. Ces détails de la vie quotidienne donnent un sens à la vie. Ils tissent un lien et une communication entre nous. »  Cette action en est une très belle illustration. Concrétisons ensemble ce message : Je te protège, tu me protèges.

Contact presse : Tommy Scholtes s.j., porte-parole francophone du Cardinal De Kesel & de la Conférence épiscopale,

E-mail : t.scholtes@interdio.be & GSM : 0475 670 427

SIPI – Bruxelles, lundi 27 avril 2020

 

16 avril 2020

 

Les Évêques belges prennent note de la décision du Conseil National de Sécurité du 15 avril 2020 de prolonger jusqu’au 3 mai 2020, les mesures d’endiguement du coronavirus. Ils remercient le Gouvernement fédéral, les Gouvernements régionaux et les différentes équipes d’experts, pour la bonne gestion de la crise du coronavirus.

La décision du 15 avril 2020 notifie que toutes les mesures prises par les autorités civiles et religieuses concernant les célébrations religieuses ou activités ecclésiales sont maintenues jusqu’au 3 mai 2020. Dès modification des mesures générales par un prochain Conseil National de Sécurité, le Conseil permanent de la Conférence des Évêques examinera avec les autorités civiles comment l’Église peut modifier ses mesures, en quels lieux et dans quelles conditions. Une nouvelle communication sur ce sujet suivra alors dès que possible.

Les Évêques mesurent le poids des mesures d’endiguement de la propagation du coronavirus sur la vie ecclésiale dans tous ses aspects.  Sacrements, célébrations de prière, catéchèse, initiatives diaconales, initiatives de formation, visites à domicile, réunions et rencontres ne peuvent avoir lieu jusqu’à nouvel ordre ou seulement sous forme minimale, dans le respect des règles de sécurité. Nous rappelons que l’Arrêté Ministériel du 3 avril 2020 a précisé certains articles de l’Arrêté du 23 mars 2020. Sont autorisés : les funérailles religieuses à l’église mais uniquement en présence de 15 personnes maximum (sauf en Wallonie), dans le respect d’une distance de 1,5 mètre entre elles ; les mariages religieux, mais uniquement en présence des époux, de leurs témoins et du ministre du culte. Les Évêques demandent instamment que tous les collaborateurs respectent scrupuleusement les règles imposées. En même temps, ils invitent tous les collaborateurs à entretenir le contact avec leur communauté via des canaux sans risque, en particulier avec les malades, les personnes fragilisées ou isolées. Par ailleurs, il reste indispensable et possible de soutenir les ‘personnes dans le besoin’.

Du fait de la prolongation des mesures, un certain nombre d’activités pastorales prévues généralement au printemps ou en mai, ne pourront pas avoir lieu.  Nous avions déjà décidé que les premières communions et les confirmations seraient reportées jusqu’à l’année scolaire suivante.  Mais nous pensons aussi aux pèlerinages, aux célébrations mariales ou aux rencontres de jeunes et les activités pastorales normalement prévues pendant les vacances d’été, à l’étranger ou non (comme les pèlerinages à Lourdes), auxquels participent aussi nombre de personnes âgées, malades ou souffrant d’un handicap.  Nous conseillons aux organisateurs d’annuler ces activités à temps.

Enfin, les Évêques invitent les fidèles à envisager cette crise comme une opportunité et pas seulement comme un fléau.  Chaque revers nous invite à réfléchir, nous lance de nouveaux défis et fait appel à notre créativité.  Comme l’a dit le Pape François dans une interview : Il nous faut comprendre que notre trésor réside dans les petites choses.  Les petits gestes de tendresse, d’affection et de compassion risquent de se perdre dans l’anonymat de la vie quotidienne, alors qu’ils sont cruciaux et essentiels.  Ces détails de la vie quotidienne donnent un sens à la vie. Ils tissent un lien et une communication entre nous.  Et il a ajouté : Mettons à profit ces jours difficiles !

Les Évêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, jeudi 16 avril 2020

 

Le 14 avril 2020

Le Cardinal Jozef De Kesel est remplacé temporairement à la tête de l'Archidiocèse de Malines-Bruxelles et comme Président de la Conférence des Evêques de Belgique pour des raisons de santé

Le Cardinal Jozef De Kesel souffre actuellement de problèmes de santé. Il ne s'agit pas d'une infection au coronavirus. Suite au traitement médical proposé et qui vient d’être entrepris, le Cardinal ne sera pas en mesure de poursuivre l’exercice de ses fonctions pendant quelques semaines.

Pour cette raison il sera remplacé comme Président de la Conférence des Evêques de Belgique ainsi qu’à la tête de l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles pour la durée de son traitement.

La Conférence des Evêques est temporairement dirigée par le Conseil permanent de la Conférence composé de Mgr Guy Harpigny, de Mgr Johan Bonny et du Secrétaire général Mgr Herman Cosijns.

La direction de l'Archidiocèse de Malines-Bruxelles est temporairement confiée aux trois Evêques auxiliaires, Monseigneurs Jean-Luc Hudsyn, Jean Kockerols et Koen Vanhoutte ainsi qu’au Vicaire général, le Chanoine Etienne Van Billoen.

Le Cardinal De Kesel a débuté son traitement médical avec confiance.

Mgr Herman Cosijns, Secrétaire général de la Conférence épiscopale de Belgique

Chanoine Etienne Van Billoen, Vicaire général de l'Archidiocèse Malines-Bruxelles

8 avril 2020

 

Pâques 2020 : faisons sonner les cloches de toutes les églises de notre pays 

Les évêques de Belgique demandent de faire sonner les cloches de toutes les églises, le jour de Pâques à midi.

Dimanche prochain, le 12 avril, les chrétiens du monde entier célébreront la fête de Pâques.  L’épidémie de coronavirus les empêchera pourtant dans de nombreuses régions du monde, de se rassembler dans les églises pour célébrer ensemble cette fête si importante.  C’est totalement exceptionnel.  À côté de la prière à la maison ou en famille, ils ne pourront suivre les célébrations liturgiques que par le biais de la radio, de la télévision et en livestreaming.  Tout comme la Semaine Sainte, Pâques sera silencieux.

Pourtant ce sera vraiment Pâques !  C’est dans un moment difficile comme celui-ci que le message de Pâques révèle toute sa richesse et sa lumière : Jésus a vaincu la mort ; l’espérance surmonte le désespoir ; ce qui semblait fragile devient fort.  La vie aura le dernier mot, pas la mort.

Après une Semaine Sainte silencieuse, les évêques de Belgique veulent donner une résonance tout à fait particulière à cette Bonne Nouvelle.  Ils demandent que les cloches de toutes les églises de notre pays sonnent le dimanche de Pâques à midi.  Après leur silence obligatoire du Vendredi Saint et du Samedi Saint, elles pourront à nouveau sonner de manière festive à Pâques !

Puissent-elles être un signe de réconfort et d’espérance pour les victimes du coronavirus et leurs proches.  Puissent-elles encourager ceux qui luttent contre le virus, en particulier tous les soignants.  Puissent-elles nous unir tous les uns aux autres.  Cette année aussi, nous célébrerons Pâques.

 

30 mars 2020

 

Report des premières communions et confirmations

Le virus corona nous oblige à une extrême prudence. Les évêques de Belgique ont donc décidé, ce 30 mars 2020, que les célébrations de confirmation et des premières communions prévues entre Pâques et la Pentecôte n’auront pas lieu à la date prévue.  Les confirmations sont reportées aux mois de septembre ou d’octobre.  Les premières communions sont reportées à la prochaine année scolaire.

Chaque diocèse proposera des dispositions en fonction de sa situation spécifique et en assurera la communication.

Les raisons de ce report sont évidentes.  Même en cas d’assouplissement des mesures actuelles, le Gouvernement ne permettra pas les célébrations religieuses avec une assistance nombreuse composée de familles et de générations différentes (dont des grands-parents), ne tenant pas compte non plus du vécu récent de ces familles avec le virus corona.

Les enfants devront tout mettre en œuvre pour la réussite de leur année scolaire le dernier mois de celle-ci, en particulier les futurs confirmands de 6e année primaire en vue de leur qualification pour les humanités.  En ce sens, l’organisation des confirmations en juin n’est pas opportune.

Même si les paroisses ou les catéchistes ne peuvent actuellement plus organiser de réunions, nous leur demandons de garder contact avec les enfants et les jeunes qui préparent leur première communion ou leur confirmation par courrier, par email, par streaming ou par téléphone par exemple.  Dès la fixation d’une nouvelle date, ils adapteront leurs réunions en fonction de celle-ci.

Les évêques remercient tous ceux qui travaillent à une communication optimale avec les enfants et les jeunes qui se préparent à la première communion ou à la confirmation, qui les aident à comprendre cette décision difficile et à effectuer sereinement le passage vers une nouvelle date.

Les présentes directives sont établies en conformité avec celles des évêques du lundi 23 mars dernier.

23 mars 2020

Semaine Sainte | Directives des évêques de Belgique : toutes les célébrations religieuses publiques sont annulées (consultez la lettre des évêques), mais voici comment toutes ces célébrations vont se dérouler et comment y prendre part à distance - ainsi que comment "faire ses Pâques" selon les instructions du Saint Père (consultez l'article de presse).

13 mars 2020

UNITE PASTORALE de STOCKEL-au-BOIS.

 

CORONAVIRUS

 

Bonjour à tous,

Vous avez appris les décisions prises tant par les évêques de Belgique que par le gouvernement belge.

Suite aux risques de contamination, les messes seront supprimées partout en Belgique jusqu'au 4 avril prochain. Rien n'est encore décidé pour la suite et, donc, pour la Semaine Sainte.

 

J'ai demandé qu'on puisse afficher la lettre des évêques (en l'agrandissant ?) sur la porte de nos églises. Ce texte devrait aussi être mis en première page de nos différents sites web. Puissiez-vous aussi informer les personnes et groupes avec lesquels vous êtes en contact de cette décision.

 

C'est une décision grave et historique qui nous peine. Nous sommes en plein Carême et nous voici obligés de renoncer à l'eucharistie qui nous fait vivre et qui nous rassemble si souvent.

Il nous faudra trouver des solutions pour ne pas mettre en veilleuse notre vie spirituelle au coeur de cette montée vers Pâques. Différentes suggestions seront proposées durant ces prochains jours. Les églises peuvent évidemment rester ouvertes pour accueillir la prière personnelle mais il nous faudra veiller à ne pas autoriser des rassemblements de personnes, et particulièrement "des personnes dites à risque".

Nous voulons aussi être solidaire de ces décisions qui semblent les plus adaptées à la situation actuelle. Ce n'est pas parce qu'elles nous rendent tristes qu'elles ne sont pas justes.

Merci de vivre ce temps "pour qu'en travaillant à ce monde qui passe, nous nous attachions surtout aux choses qui ne passent pas" (Préface n° 2 du Carême)..

 

Portons-nous dans la prière et dans la fraternité. Que la vigilance et la prudence nous gardent sur des chemins de grande Espérance.

 

En communion de coeur et de prière.

 

Philippe Mawet

Responsable de l'UP de Stockel-au-Bois

Ce jeudi 12 mars 2020.

Texte envoyé par Monseigneur Kockerols aux prêtres et autres 'nommés'.

Chers amis,

 

Vous aurez reçu hier soir le communiqué des évêques de Belgique. Entretemps, le gouvernement fédéral a annoncé des mesures drastiques afin de confiner la propagation du corona virus.  J’insiste pour que le communiqué des évêques soit interprété au sens strict.  Je fais appel à votre sens civique.

 

Pour les baptêmes et les mariages, il me semble qu’ils peuvent être postposés assez facilement.  Pour les funérailles, je suggère qu’une brève célébration ait lieu en cercle restreint et que, l’épidémie passée, des célébrations sans corps présent soit organisées afin d’accompagner les familles sur leur chemin de deuil.  Je laisse à votre discernement quelles autres rencontres doivent être maintenues.

 

Ces circonstances exceptionnelles et le changement de rythme qui nous est imposé sont une invitation à vivre le Carême avec d’autant plus de ferveur.  Nous pouvons trouver l’inspiration de multiples façons, entre autre sur les réseaux sociaux. Soyons attentifs aux personnes qui risquent d’être encore plus isolées que d’habitude et utilisons les moyens à notre disposition pour rester en communion avec le plus grand nombre.

 

N'hésitez pas à prendre contact avec moi par retour de mail pour me faire part de vos suggestions et de vos expériences.

Un nouveau communiqué vous parviendra dans le courant de la semaine prochaine.

 

En union de prière,

 

+ Jean Kockerols

12 mars 2020

En raison de l’expansion de la pandémie, les évêques de Belgique décident ce jour de suspendre toutes les messes et célébrations publiques dans notre pays.

Cette décision est effective dès ce week-end du 14 mars 2020 et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril 2020 au moins.

Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint. Pour les autres rencontres et réunions pastorales, la plus grande prudence sera demandée. Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Le Père Benno célébrera une messe sans assemblée ce dimanche 15 mars 2020 à Notre-Dame de Stockel où il priera pour la paroisse. Il sera disponible samedi soir et dimanche matin pour ceux qui souhaitent lui parler.

Veuillez consulter l'article du gouvernement : Phase 2 maintenue, passage en phase fédérale et mesures additionnelles.

Paroisse Notre-Dame de Stockel  ̶  Rue de l'église  ̶  1150 Woluwé-Saint-Pierre                                                    Protection des données personnelles

  • facebook-square